La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Jeudi, 2 septembre 2010

Myriam Sainson et Barbara Szots mises en demeure par la municipalité de Scotstown


2 septembre 2010

 Imprimer   Envoyer 

La municipalité de Scotstown, par le truchement de ses procureurs, a mis en demeure la citoyenne Myriam Sainson et l'ex-mairesse Barbara Szots, leur demandant désormais de prendre rendez-vous avec la directrice générale de la municipalité avant de se présenter à l'hôtel de ville. «Vos nombreuses visites de même que les nombreux courriels que vous envoyez perturbent le milieu de travail et doivent cesser», peut-on lire sur le document adressé à Mme Sainson.

Pour cette dernière, on mentionne qu'à la suite des «récents événements entourant la démission de Madame Barbara Szots, à titre de mairesse de la Ville de Scotstown, vous vous êtes présentée à plusieurs reprises à l'hôtel de ville provoquant une situation de harcèlement à l'égard des employés de la ville alors présents». On demande à l'avenir que Mme Sainson prenne rendez-vous avec la directrice générale avant de se présenter à l'hôtel de ville et qu'elle précise l'objet de la visite. «Il se pourrait fort bien que la directrice générale puisse répondre à toutes vos demandes d'informations selon les délais prévus par la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels sans que vous ayez à vous déplacer». La lettre conclut en mentionnant «la présente vous est transmise dans le seul but d'apaiser le climat malsain qui semble prévaloir à l'hôtel de ville de Scotstown». À quelques nuances près, la teneur de la lettre adressée à Mme Szots est similaire, affirme l'ex-mairesse.

Mme Sainson
Interrogée à savoir si elle allait se conformer à la mise en demeure, Mme Sainson rétorque qu'elle a l'intention de s'informer auprès de l'Office des droits de la personne et de son avocat. Elle ajoute qu'il s'agit «des accusations mensongères de la part de la directrice générale qui n'a que, trois mois d'expérience, et qui est en probation. Je n'ai envoyé que deux «emails» pour le marché public et, je suis allée à l'hôtel de ville deux fois, la première avec un témoin, le conseiller Nelson Bernier, pour avoir des explications sur les résolutions de ma démission et de la nomination de Caroline Talbot, compagne de Marc Charron». L'intervenante dit s'être présentée une seconde fois pour déposer une demande d'accès à l'information. «Donc, il n'y a pas eu de nombreux courriels et de nombreuses visites. Cette lettre est une lettre d'intimidation et de restriction de mes droits de citoyenne pour m'empêcher de surveiller leurs magouilles avec Marc Charron», de conclure celle qui s'est fait battre par ce nouvel élu lors de la récente élection municipale au siège numéro 2. D'ailleurs, Mme Sainson conteste l'élection de M. Charron considérant qu'il n'est pas éligible en raison de son passé judiciaire.

Dans un autre ordre d'idée, et faisant un retour sur le texte publié dans notre dernier numéro ayant pour titre «L'assemblée du conseil se tient sous le signe de la prudence», Mme Sainson précise que deux personnes tenant kiosque au marché public ont quitté pour différentes raisons et non parce qu'elles étaient en désaccord avec elle.

Mme Szots
Évidemment choquée, Mme Szots n'a pas l'intention d'en rester là. «Moi, je vais prendre un avocat. C'est une atteinte à mes droits de la personne. Je trouve ça abusif. J'ai un registre de mes présences à l'hôtel de ville. C'est de l'abus de pouvoir par le conseil municipal et la directrice générale». Mme Szots s'offusque d'autant plus qu'elle avait fait une demande écrite auprès des autorités municipales de faire une intervention en sécurité publique en mentionnant qu'elle avait été victime d'un début de harcèlement, confirmé par la Sûreté du Québec, au cours de la fin de semaine du 15 août. «Je n'ai même pas reçu d'accusé de réception à ma demande et je reçois une mise en demeure m'accusant de faire du harcèlement», s'insurge l'ex-mairesse. On me reproche d'avoir fait des dépenses en frais juridiques et on engage des frais d'avocat pour deux mises en demeure», complète-t-elle.

Ville
Le maire suppléant, Jacques Gosselin, mentionne que la mise en demeure fait suite à une résolution adoptée par le conseil municipal. «On en a parlé pendant plusieurs semaines avant de prendre la résolution». Cette dernière autorisait la directrice générale à entreprendre des procédures de mise en demeure envers des personnes, qui selon elle, pourraient entraver la bonne marche des affaires courantes à l'hôtel de ville. Les mises en demeure tendent à limiter les présences de Mmes Sainson et Szots à l'hôtel de ville, mais ne limitent en rien leur présence aux séances du conseil municipal.

Photo :
Myriam Sainson et Barbara Szots.

 


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Lumière et vendredi noir

Lumière et vendredi noir
Arrêté pour avoir agressé pendant un an des mineurs

Arrêté pour avoir agressé pendant un an des mineurs
NOS RECOMMANDATIONS
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $

Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $
Il met le feu dans sa chambre à l’Université de Sherbrooke

Il met le feu dans sa chambre à l’Université de Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

Alexis Jacques
Mardi, 11 décembre 2018
Le charme parisien

François Fouquet
Lundi, 10 décembre 2018
L’esprit des Fêtes… ou les esprits de Fêtes!

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur Par Vincent Lambert Lundi, 10 décembre 2018
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi! Par Cynthia Dubé Mardi, 11 décembre 2018
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $ Par Vincent Lambert Jeudi, 6 décembre 2018
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous