Cogeco  Rythme FM - automne 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  La rue Meadow rouverte à la circulation
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Basta go
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Jeudi, 7 février 2019

Atteinte de sclérose en plaques, elle grimpe le Kilimandjaro



 Imprimer   Envoyer 
Emanuelle St-Pierre, en compagnie de son père Jacques, a remis un chèque de 45 000 $ à la Société canadienne de la sclérose en plaques.

La Sherbrookoise Emanuelle St-Pierre recevait il y a six ans un diagnostic de sclérose en plaques. Une foule d'émotions s'était alors emparée d'elle : tristesse, déprime, colère et incompréhension. Un bon matin, elle a décidé de vivre sa vie pleinement sans craindre les défis qui se poseront sur son chemin.

Cette façon de voir la vie avec la maladie a permis à la Sherbrookoise toute souriante de relever des défis et de s'accomplir personnellement ainsi que professionnellement.

En janvier dernier, Emanuelle St-Pierre s'est envolée avec son père et son conjoint vers la Tanzanie pour relever le Défi d'aventure SP au Kilimandjaro, organisé par la Division du Québec de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Une aventure de 5 895 mètres sur le toit de l'Afrique qui aura été difficile non à cause de la maladie, mais plutôt en raison des différents symptômes associés à la haute altitude.

« Quand on fait un défi comme celui du Kilimandjaro, on a envie d'en relever d'autres, souligne celle qui sera la porte-parole de la Marche de l'espoir en mai. Tous les sommets sont possibles si on décide d'y croire réellement. Mon constat est que ce n'est pas la vie qui va nous empêcher d'avancer; c'est nous qui devons continuer d'avancer quand même avec la maladie. Les défis qu'on se donne sont une façon de nous prouver qu'on est en vie. »

L'aventure de la Sherbrookoise de 27 ans au Kilimandjaro avec son père et son conjoint lui aura permis d'amasser une somme de 45 000 $ au profit de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Six ans après avoir reçu le diagnostic, Emanuelle St-Pierre a décidé de vivre sa vie personnelle et professionnelle pleinement sans craindre les défis qui se poseront sur son chemin.

« Je me rends compte que le diagnostic n'a rien changé à ma vie, mais a tout changé en même temps, reconnait-elle. J'ai décidé que je n'accorderais aucune importance à cette maladie et que j'allais vivre une journée à la fois sans m'inquiéter de mon avenir. Je vais vivre mes rêves sachant que dans n'importe quelle situation, la vie peut changer, et ce, pas nécessairement à cause de la maladie. »

« Je suis rendue plus loin dans ma vie que je ne l'aurais imaginé, poursuit-elle. Avoir une maladie, c'est vivre avec un état physique ou avec un état mental déficient, mais être malade, c'est juste un état d'esprit qu'on se donne. »

« Les avancées vont extrêmement bien »

Même si aucune potion magique n'existe encore pour combattre la maladie de la sclérose en plaques, les recherches avancent très bien confirme Jacques Raby, directeur de la Société canadienne de la sclérose en plaques pour la section de l'Estrie.

Aujourd'hui, 13 médicaments sont à la disposition des personnes atteintes de la maladie alors qu'il y a 14 ans, rien n'avait encore été développé. La somme de 45 000 $ amassée par Emanuelle St-Pierre permettra à la Société canadienne de la sclérose en plaques de poursuivre sa mission.

« Une partie des investissements vont dans la recherche et une autre dans les services offerts pour la clientèle atteinte de la sclérose en plaques, note M. Raby. On donne en moyenne 5,5 M$ par année pour la recherche. »

À ce jour, la maladie touche une personne sur 385 au Canada. Il s'agit du plus haut taux de sclérose en plaques au monde. Au Québec, on parle de 20 000 personnes qui en sont atteintes.

« Si une personne est prise à temps, la maladie ne guérit pas, mais on peut la stabiliser, remarque M. Raby. D'où l'importance d'avoir le diagnostic rapidement. Notre but est de trouver un remède contre maladie et les avancées vont extrêmement bien. »


L'ÉcoloBoutique 7 nov 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le cabinet fantôme du Bloc Québécois dévoilé

Le cabinet fantôme du Bloc Québécois dévoilé
Le CIUSSS offre un guide aux proches aidants

Le CIUSSS offre un guide aux proches aidants
NOS RECOMMANDATIONS
Une soirée réussie pour les Défenseurs Leucan

Une soirée réussie pour les Défenseurs Leucan
La fin d’une carrière exceptionnelle pour René Provencher

La fin d’une carrière exceptionnelle pour René Provencher
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Badmofo Methods juin 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Animatout sept 2019
 
Sarah Beaudoin
Mardi, 12 novembre 2019
Ce qui se passe dans ma chambre à coucher

François Fouquet
Lundi, 11 novembre 2019
Une bière quand tout brasse autour

Claude Hébert
Jeudi, 7 novembre 2019
Le bon conseiller!

Daniel Nadeau
Mercredi, 6 novembre 2019
Il fait beau chez vous?

Jacinthe Dubé 4 novembre 2019
Hyundai Sherbrooke mai 2019
Voyager pour faire rêver Par Anita Lessard Mercredi, 6 novembre 2019
Voyager pour faire rêver
Plus effrayant que l’Halloween Par François Fouquet Lundi, 4 novembre 2019
Plus effrayant que l’Halloween
Le CIUSSS offre un guide aux proches aidants Jeudi, 7 novembre 2019
Le CIUSSS offre un guide aux proches aidants
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous