1077_MATIN_2103
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 17 avril
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
1077_MIDI_2103
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 7 novembre 2018

L’éléphant dans la pièce



 Imprimer   Envoyer 
Claude Levi-Strauss

Ces dernières semaines, l'actualité est pleine de faits troublants mettant en cause la capacité de plusieurs populations à accepter de vivre avec la différence. La défaite récente d'Angela Merkel en Allemagne, la victoire de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil, les événements troublants aux États-Unis, la démagogie trumpienne quant à la caravane de réfugiés. Nous vivons une époque trouble sous fond de racisme.

On oublie trop facilement, comme l'écrit Tahar Ben Jelloun dans son essai publié aux éditions du Seuil intitulé; Le racisme expliqué à ma fille, que « l'on est toujours l'étranger de quelqu'un. Apprendre à vivre ensemble, c'est cela lutter contre le racisme. »

Pourtant, un minimum de curiosité et une culture livresque de base sur des écrits classiques pourraient nous venir en aide pour pacifier l'espace public et enrichir le débat. Il m'apparaît utile de rappeler ici l'œuvre de l'anthropologue Claude Levi-Strauss, dont une partie a été publiée en 2008 dans la Pléiade. Se remettre à lire Levi-Strauss pourrait aider à mieux comprendre comment il est important de combattre le racisme et la xénophobie sous toutes ses formes. Il faut apprendre à nos enfants que la diversité est une chance pour l'humanité. Il faut dire à nos enfants comme l'écrit Tahar Ben Jelloun; « À la rentrée des classes, regarde tous les élèves et remarque qu'ils sont tous différents, que cette diversité est une belle chose. C'est une chance pour l'humanité. » (Ibid.) Plaidoyer Levi-Straussien pour la diversité et la valorisation de la différence.

L'œuvre de Lévi-Strauss

Si l'on souhaite mieux connaître qui fut Claude Levi-Strauss, on peut consulter le site Wikipédia
et lire ce que l'on y raconte à son sujet :

« Claude Lévi-Strauss, né le 28 novembre 1908 à Bruxelles et mort le 30 octobre 2009 à Paris, est un anthropologue et ethnologue français qui a exercé une influence majeure à l'échelle internationale sur les sciences humaines et sociales dans la seconde moitié du XXe siècle. Il est devenu notamment l'une des figures fondatrices du structuralisme à partir des années 1950 en développant une méthodologie propre, l'anthropologie structurale, par laquelle il a renouvelé en profondeur l'ethnologie et l'anthropologie en leur appliquant les principes holistes issus de la linguistique, de la phonologie, des mathématiques et des sciences naturelles. »

Plus concrètement, si l'on souhaite s'éloigner pour être plus accessible des sentiers purement intellectuels, nous pourrions dire que Claude Levi-Strauss est un grand humaniste. Un scientifique qui s'est mis à l'écart des sentiers balisés de la partisanerie et des passions politiques de l'après-guerre en France pour créer une œuvre singulière et inventer une approche théorique originale. Une nouvelle théorie intégrant la linguistique et une approche qualifiée de « structuraliste » mettant en lumière que des faits invariants de structure comme le tabou de l'inceste étaient universels à tous les groupes d'humains. C'est un raccourci bien sûr, mais suffisant pour situer le personnage. Ce que je veux surtout vous raconter c'est le contenu de deux de ses ouvrages : Race et Histoire et Tristes Tropiques qui contiennent des enseignements forts utiles pour penser notre réalité aujourd'hui.

Race et Histoire

C'est dans le contexte de la décolonisation que Claude Levi-Strauss sera appelé à œuvrer au Conseil international des sciences sociales de l'UNESCO. De 1953 à 1961, il y occupera le poste de secrétaire général. Déjà en 1949, il avait participé avec un groupe de chercheurs à la rédaction d'une première « Déclaration sur la race » et était l'un des contributeurs importants d'une série de brochures consacrés à la question raciale qui allait devenir Race et Histoire publiée en 1952 par l'UNESCO. (François Dosse, La saga des intellectuels français 1944-1989, tome 1b - À l'épreuve de l'histoire, 1944-1968, Paris, Gallimard, 2018, p. 373.)

L'historien François Dosse écrit à ce sujet : « Il engage ainsi l'anthropologie au cœur des problèmes sociaux et rend manifeste le déplacement déjà esquissé de l'anthropologie physique à l'anthropologie sociale. Critiquant la téléologie historique fondée sur la reproduction du même, il lui oppose la diversité des cultures et l'irréductibilité de la différence. » (Loc.cit.)

Plus fondamentalement, dit en mots simples, Levi-Strauss considère les différences des sociétés comme partie de l'universel. L'être humain ne serait pas primitif ou évolué selon certains stades de développement de l'économie ou des faits de société, mais différent. La différence est vue comme une occasion d'apprendre sur nous-mêmes et de nous transformer en quelqu'un de meilleur, de plus humain. Le propos de cet auteur est un véritable manifeste en faveur de la pluralité et de l'éloge de la différence. Levi-Strauss était un adepte du concept de la diversité culturelle promu ces dernières années avant l'heure.

Levi-Strauss prône : « la relativité du diagnostic établi à propos de n'importe quelle société en fonction de critères établis et le fait que l'enrichissement humain ne peut provenir que d'un phénomène de coalescence (sorte de mélange équilibré des cellules de l'ADN humaines) entre toutes ces expériences... Levi-Strauss fonde en théorie la pratique du rejet de la greffe coloniale et réintègre dans le même mouvement les sociétés de l'altérité dans le champ du savoir et de la problématisation de la société occidentale. La question de la différence n'est pas non seulement l'expression de l'irréductibilité de l'autre, mais elle est aussi un concept idéologique. » (Ibid. p. 374-375.)

Triste tropique

La publication en 1955 de Tristes tropiques reçoit un accueil enthousiasme et unanime. Un livre humain, un grand livre dit Georges Bataille, directeur de la revue Critique : « Tristes Tropiques se présente dès l'abord, écrit Bataille, non comme une œuvre de science, mais comme une œuvre d'art... Cette hybridité entre l'affirmation d'une nouvelle discipline et la littérature est caractéristique d'un moment de l'évolution de l'ethnologie. » (Ibid. p. 379.)

Triste Tropique a changé le monde : « l'écho rencontré par Levi-Strauss ne se limite pas à la sphère des médias. Bouleversant le champ intellectuel dans son ensemble, il entraîne vers les Tropiques, le destin de nombreux philosophes, historiens, économistes qui rompent avec leur discipline d'origine pour répondre à l'appel du large. Le souci de réconcilier sa propre sensibilité avec un travail rationnel sur une société vivante dans un rapport d'interactivité enthousiasme... » (Ibid. p. 381.)

Ce qu'il faut retenir c'est que la publication de ces deux ouvrages a eu un impact majeur à cette époque dans le monde. Les idées généreuses contenues dans ces textes concernant la diversité, le refus du colonialisme, l'impasse sur les rapports de domination qui devaient être dénoncés sont autant d'éléments qui peuvent être utiles aujourd'hui dans nos débats au Québec et au Canada en 2018.

S'inspirer de la sensibilité d'hier

Dans les débats sur l'immigration, les réfugiés, les signes religieux, nous aurions avantage à revisiter des œuvres comme celles de Claude Lévi-Strauss et ainsi combattre les préjugés et une idéologie rampante que l'on peut assimiler au racisme ou au moins à la xénophobie. La peur de l'Autre, la crainte de voir disparaître ce qui nous définit et les propos incendiaires des populistes de gauche ou de droite sont de mauvais guides pour créer des espaces de dialogue fructueux. Il faut relire Claude Lévi-Strauss et parler librement enfin de l'éléphant dans la pièce...


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Virus électoral

Virus électoral
Les pissous de François Legault

Les pissous de François Legault
Scie à Chaine Claude Carrier fév 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Le REVE Nourricier continue son partage de connaissance en agriculture urbaine

Le REVE Nourricier continue son partage de connaissance en agriculture urbaine
Sherbrooke : saisie d’héroïne par le SPS

Sherbrooke : saisie d’héroïne par le SPS
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
MSSS COVID-19 phase 12 avril 21
 
Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 16 avril 2021
Des prébiotiques dans le lait maternel ?

Daniel Nadeau
Mercredi, 14 avril 2021
L’homme au turban

François Fouquet
Lundi, 12 avril 2021
Le printemps ne nous aidera pas, cette fois!

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Nouveau directeur général chez Sherbrooke Innopole Par Maxime Grondin Samedi, 10 avril 2021
Nouveau directeur général chez Sherbrooke Innopole
Bilan COVID-19 du 12 avril Par Maxime Grondin Lundi, 12 avril 2021
Bilan COVID-19 du 12 avril
Bilan COVID-19 du 14 avril Par Maxime Grondin Mercredi, 14 avril 2021
Bilan COVID-19 du 14 avril
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut