magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
SPORTS
Régionaux
Phoenix de Sherbrooke
Resto-Brasserie Le Dauphin
SPORTS / Régionaux
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Vendredi, 13 avril 2018

Diane Roy, toujours aussi passionnée par son sport



 Imprimer   Envoyer 
Au cours des vingt dernières années, l’athlète paralympique en athlétisme, Diane Roy, a savouré plusieurs médailles autour de son cou en plus d’établir nombreux records dans son sport (crédit photo: Matthew Murnaghan, Comité paralympique canadien).

À l'âge de 47 ans, l'athlète paralympique sherbrookoise Diane Roy éprouve toujours la même passion pour son sport. « Aussitôt que j'arrive en compétition, l'envie de me dépasser, de tout donner et de m'amuser est là, assure-t-elle. Je ne suis pas encore capable de décrocher. »

Au cours des vingt dernières années, l'athlète paralympique en athlétisme, Diane Roy, a savouré plusieurs médailles en plus d'établir nombreux records dans son sport. Même si la relève pousse de plus en plus, la compétition demeure la même. La Sherbrookoise de 47 ans admet d'ailleurs être encore capable de suivre le rythme.

« Le niveau de compétition n'a pas changé, indique-t-elle. Tout le monde évolue et les jeunes poussent et roulent vite. Pour le moment, je suis toujours là. Il faut suivre et il faut être prêt. Sinon, on perd vite les jeunes de vue en cours de route! J'avoue que lors des dernières années dans les marathons, ce fut plus difficile. Pour bien performer dans un marathon, il faut bien le préparer. Maintenant, j'ai un petit bonhomme de trois ans, donc je me prépare comme je le peux. »

Malgré tout, Diane Roy éprouve encore le même plaisir à compétitionner que lorsqu'elle a commencé sa carrière. « J'ai toujours la même passion, confie-t-elle. C'est pour cela que j'y suis encore. Je ne suis pas capable de décrocher. Aussitôt que j'arrive en compétition, j'ai la même envie de me dépasser, de m'amuser et de tout donner. J'avoue que c'est par contre plus difficile de m'entraîner seule dans ma région puisque nous sommes moins depuis trois ans. »

L'athlète paralympique ne sait pas encore à quel moment elle se retirera de la compétition. Une chose est certaine, elle y va une année à la fois. « L'an passé, j'avais décidé d'aller de l'avant pour les Jeux du Commonwealth, note-t-elle. Alors on verra pour l'an prochain! »

Le bronze aux Jeux du Commonwealth

Ayant réussi à se classer à nouveau dernièrement pour les Jeux du Commonwealth (4 au 15 avril) à Gold Coast en Australie, Diane Roy a récolté mardi un podium de plus dans son palmarès en terminant en troisième position lors de la finale du 1 500 m féminin T54. La piste était un peu détrempée, mais l'athlète paralympique était préparée à toute éventualité advenant le retour de la pluie.

Satisfaite de sa performance, Diane Roy confirme que la course a été plutôt stratégique. Au dernier tour, elle a dépassé son adversaire qui était en deuxième position. Toutefois, à une dizaine de mètres du fil d'arrivée, elle s'est fait rattraper. « La course s'est bien passée en général, remarque-t-elle. J'ai été capable de bien gérer les choses en plus de bien me placer durant toute la course. »

Terminer en troisième position a permis à Diane Roy d'atteindre son objectif, soit celui de monter sur le podium. « Mon fils était avec ma sœur dans les estrades, souligne-t-elle. De pouvoir m'arrêter et de lui voir le petit visage, ça valait de l'or! J'étais vraiment contente. Je savais qu'il y avait plus d'une bonne fille ou deux dans le groupe. C'est certain que j'aurais aimé garder ma deuxième place, mais j'ai manqué de jus. Je suis tout de même satisfaite de ma course. »

Samedi, Diane Roy retournera en compétition pour la finale du marathon T54 masculin et féminin. Même si elle a décidé de se concentrer davantage sur le 1 500 m, le parcours lui semble tout de même intéressant. « Je ne dirais pas que je suis à 100 % pour le marathon, admet-elle. J'ai décidé de me concentrer davantage sur le 1 500 m. Par contre, j'ai quand même fait beaucoup de millage quand j'étais en Floride en février. Le parcours est toutefois intéressant pour moi alors à suivre! »

 

Crédits photos dans le texte: Claus Andersen/Athletics Canada


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Mat Le Kid, un exemple de persévérance

Mat Le Kid, un exemple de persévérance
Demi-Marathon RBC : 3500 coureurs réunis sur la ligne de départ

Demi-Marathon RBC : 3500 coureurs réunis sur la ligne de départ
NOS RECOMMANDATIONS
2 méthodes d'entrainement efficace pour brûler du gras

2 méthodes d'entrainement efficace pour brûler du gras
Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Une somme supplémentaire de 35 M$ pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Lebeau Vitres d’Autos
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza avril 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 26 avril 2018
Réveillez-vous!

Marie-Pier Verner, MSc.
Jeudi, 26 avril 2018
Mon ado est en psychothérapie

Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Hyundai Sherbrooke - avril 2018
Immigration : réflexions autour d’un livre Par Daniel Nadeau Mercredi, 18 avril 2018
Immigration : réflexions autour d’un livre
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement? Par Me Ariane Ouellet Jeudi, 19 avril 2018
Quels sont les dommages découlant d’un congédiement?
Printemps tardif : les vivaces comestibles à leur meilleur! Par Alexandre Dagenais Jeudi, 19 avril 2018
Printemps tardif : les vivaces comestibles à leur meilleur!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous